Thursday , January 21 2021

Les "Machins", anti-Magritte them ont began … François Damiens!



Cinéma

On le répète à longueur d'année: le cinéma belge, loin de n'être que social, s'impose sans conteste comme le plus surréaliste du monde. Surtout dans six soirées de récompenses.

Les Magritte censés récompenser le meilleur de notre production sont là pour le rappeler. Mais aussi Les Machins, les anti-Magritte du 7e art noir-jaune-rouge. Axés sur des récompenses délirantes, voire parfaitement farfelues, l'équivalent national des Razzie Awards ou des Gérard de la télé, qui devrait tenir de la récompense potache et folklorique plus qu'autre chose, parvient à récompenser au moins autant de stars que sa grande sœur bleutée.

Mais jugez plutôt. Bouli Lanners, venu avec tout son sens de l'autodérision, a reçu la Moule de la meilleure première réplique dans Troisième Noces ("C'est bien, je vois qu'il y a beaucoup plus de monde à son enterrement qu'à notre mariage").

Yves Hinant, with him Do not swim, nor soumise, était aussi present pour le "Machin du recyclage". Tout comme Amélie Van Elmt pour "Le Machin du tout petit métier du cinéma que certains se risquent à nommer réalisatrice de long métrage de fiction qui sort en salle."

Enfin, François Damiens, "Papa à l'éducation irréprochable dans Mon Ket" (il apprend à son fils à fumer …), reçoit le prix du Super papa. Surréaliste et drôle.

P.L.


Source link